HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Pour tout se dire du moment que la sep n'y a pas sa place...
Avatar de l’utilisateur
Lune
Confirmé(e)
Messages : 170
Inscription : 14 avr. 2018, 20:07
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Lune » 12 juin 2018, 18:00

Il était une fois dans un pays lointain un vieil homme qui vivait dans ...
Une grotte creusée dans le flanc d'une falaise, loin des vains bruits de la plaine. Parfois, des voyageurs venaient lui rendre visite ...
Et là quelque chose de magique se produisait : ils communiquaient ! Bien que très solitaire, il redecouvrait dans ces moments là la magie des liens sociétaux, une parole, un geste, un regard.
Un jour de plein été, des voyageurs très particuliers vinrent lui rendre visite ...
Ils étaient 3 voyageurs , ils représentaient le passé le présent et le futur mais le vieil homme ne le savait pas encore comme il ne savait plus ce qu’était le bonheur ni le sens de sa vie ...
Le passé l'observa, le regard plein d'interrogation, et lui demanda quel était son plat préféré...

"Pourquoi me demandes-tu cela ?"
Lui répondit le vieil homme.
"Tu es mon passé, tu connais donc tout de moi, mes joies, mes peines, mes peurs et mes douleurs. Mes amours aussi.
Mon plat préféré est celui que je ne connais pas encore."
Le passé le regarda en souriant et lui repondit : oui bien entendu que je sais tout cela, mais toi il serait bon que tu te souviennes de ce que tu aimais autrefois... tu as oublié ce qu’etait le bonheur, crois tu que ma venu est le fruit du hasard .... alors essai de te souvenir car oui tu as connu ce plat mais tu l’as effacé de ta mémoire reste à te souvenir pourquoi et de quoi.... veux tu voyager dans le temps ?

-Le Bonheur ?
Reprit le vieil homme.
-Pourquoi me parles-tu de quelque chose que tu ne peux m'offrir, prétextant que je l'ai oublié ?
Voyager dans le temps ? Un piége! Ce que tu m'offres là n'est que nostalgie et mélancolie.
Je n'ai rien oublié, je sais où trouver chacun de mes souvenir bien rangé dans ton habit.
Certains sont durs, difficiles, d'autres doux ou tendres mais tous ont une fin et m'aménent à cet instant.
Se tournant alors vers le plus petit et le plus chétif des 3.
-Ne me tentes pas, tu n'est pas venu seul. Le bonheur appartient au présent.

Hum .... pensa le passé... Alors écoute moi, on est ici pour toi tu peux te mettre des barrières depuis tout ce temps mais ce n’est pas toi qui nous apprendras ce qu’est le passé le présent et le futur .... Tu n’as peut être rien oublié mais le passé t’apprends justement à créer ton futur et tant que tu ne l’acceptera pas tu ne pourras ni vivre et aimer le présent ni savourer ton futur .... je resterai ici et le futur te tentera point, tu devras avant tout affronter ton passé puisque justement c’est de lui dont tu as peur .... tu vie en regardant sans cesse dans un rétroviseur c’est pour cela que justement tu ne pourras pas non plus affronter ton futur ... tu vie au présente dis tu ? Regarde ta vie de solitaire dans cette grotte .... tu en as oublié jusqu’a ton nom ... au fait peux tu me le dire ?
[Pendant ce temps présent et futur avaient sortis les jeux de société, les cigares, les bières, même les plaids étaient au rdv, "Je crois qu'on est ici pour un long moment !"] ...

-Ici pour moi? Comme si je ne la savais pas.
Un homme voyant son passé, son présent et son avenir à sa porte sait très bien à quoi s'en tenir. Vous 3 êtes ma vie, ma destiné. Vous êtes ici parce que justement j'ai arrêté de remplir tes poches avec d'inutiles projets.
Il t'est insupportable de voir que depuis que je me suis installé ici, dans cette grotte face à la mer, éloignée de tout, les seules choses que tu reçoives de mon présent sont les instantanées d'une contemplation sans fin détachée de tout.
Un rétroviseur ? Pour y voir quoi ? Un jeune homme débordant d'énergie, parcourant le monde et le mettre au pieds d'une belle ?
Cette énergie n'est plus et les belles sont parties. Tout cela repose au fond de tes poches au coté de mon nom !!
Donc, oui, j'ai tout arrêté. Je contemple le monde, la mer qui monte et descends, les tempêtes et les éclairs déchirant le ciel.
Je regardent ces oiseaux de mers aux ailes tellement grandes qu'ils ne peuvent se poser. Condamnés qu'ils sont à danser sur les vagues, sans fins. Ils sont ma vérité. Mon éternel présent.
Ce qui t’ennuis, c'est ton compagnon aux habits sans poches, occupé à fumer et boire des bières. Il sait qu'il est venu pour rien. Ce n'est pas aujourd'hui qu'il pourra sortir son atout maître. Ma dernière carte.

Sur ce, le vieil homme retourna s'assoir à l'entrée de sa grotte, les jambes dans le vide, regardant les nuages amonceler à l'horizon.

Le passé recula tristement et alla s’asseoir sur le plaid en se servant une bonne bière, il prit sa respiration profondément et dit : « Present c’est à ton tour, peut être arriveras tu à lui ouvrir une brèche qui puisse lui redonner « l’envie d’avoir envie » .... » Le présent se leva et s’avanca Vers le vieil homme ....

Présent : "Tu sens ce doux vent qui caresse ta peau ?"
Lui : "Oh non commence pas avec tes violons !"
Présent : "Ok .. Tu sens ces brindilles qui te piques la plante des pieds ?"
Lui : "Oh oui ces enflures !! Tous les soirs j'ai les pieds irrités à cause d'eux ! Ils ne peuvent pas laisser le sable fin en liberté !"
Présent, avec un grand sourire : "J'aime ta colère <3"
Lui : "Arrêtes tu vas me faire pleurer !"
Présent, les bras vers le ciel : "Tu es vivant !!!! (C'est ma phrase préfère :) ) Tu sais ce que ça veut dire ? Être en vie signifie officiellement être présent, et donc officiellement que tu as un futur ! A moins que tu ne meurs maintenant ce qui est statistiquement presque impossible :) Allé vient par là pour le gros câlin !.

Le vieil homme se tourne et regarde le passé et le futur, il s’avance vers eux et dis au Passé :
-conduis moi où tu veux. si tu as quelque chose à m'apprendre, je ne demande pas mieux que d'en faire mon profit. J’ai envie et besoin de me souvenir .... Après tout si vous êtes là tous les 3 c bien pour une raison ? Mon prénom est ...... est .... mais je l’ai oublié ! Peux tu m’aider ? .

« d’un coup le ciel s’obscurcit... dans le ciel les nuages dansaient ..... et .....

le vieil homme restait immobile, les paupières closes. Il avait 8 ans, c'était son anniversaire.
"Philibert" disait une voix lointaine, "Philibert" ...

Cette voix raviva immédiatement sa mémoire. C'était Claudia, sa cousine Claudia.
Disparue durant cette partie de cache-cache de son huitième anniversaire.
La propriété avait été fouillé de fond en comble, les jardins, les grottes des falaises de calcaires.
Rien, aucunes traces, Philibert était le dernier à l'avoir entendu.

Où pouvait bien être Claudia ?
Quelques jours plus tard, Philibert décida de partir à sa recherche, avec l'aide de son ami Tom.
Dans le jardin, Tom regardait son reflet dans les chromes d'une automobile. La déformation de son corps étiré l'amusait beaucoup.
En réalité, Tom était plutôt petit, avait une grosse tête et de grandes oreilles. Mais il se sentait néanmoins royal, car on disait de lui qu'il était le sosie du compagnon de la Reine d'Angleterre.
Perdu dans ses pensées, Tom sursauta lorsque Philibert s'écria "Viens vite, nous devons retrouver Claudia".

Dans le ciel, d'autres nuages s'étaient formés en rondes fantastiques. Le passé avait installé le vieil homme sur le plaid. Il semblait dormir. Pourtant les images perdues de son enfance valsaient devant ses yeux.

Philibert ne s'inquiétait pas vraiment pour Claudia. Il l'avait vu à son anniversaire, lorsqu'elle l'avait appelé, remplir un sac de gâteaux secs, de barres chocolatées et autres gourmandises. Et ce n'était pas la première fois que Claudia disparaissait de l'orphelinat.
Philibert s'échappa dans la nuit, une nuit de Pleine Lune, avec Tom. Arrivés aux pieds d'une grande falaise, Tom se précipita sous un buisson et disparu. Philibert rampant à son tour sous les feuillages se retrouva dans une immense galerie.
"Tom, retourne vite chez toi maintenant, je ne pourrai pas te nourrir et tu es la joie de tous les enfants. Claudia doit se cacher ici puisque tu as reniflé son odeur. Au fond de ce couloir là peut-être, ou de celui-ci ou de cet autre encore..."

Dans ce dédale, se retrouveront-ils ou vivront-ils côte à côte sans le savoir, soupira Tom sur le chemin du retour.
"Nous n'héritons pas de la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants"

Avatar de l’utilisateur
Lune
Confirmé(e)
Messages : 170
Inscription : 14 avr. 2018, 20:07
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Lune » 12 juin 2018, 18:04

Souri7dugard a écrit :Plus de volontaire :wink:


bienvnu
"Nous n'héritons pas de la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants"

Avatar de l’utilisateur
Souri7dugard
Fidèle
Messages : 464
Inscription : 22 juin 2017, 01:03
Ville de résidence : Gard
Prénom : Nath
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14730
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Souri7dugard » 12 juin 2018, 19:26

Lune a écrit :
Souri7dugard a écrit :Plus de volontaire :wink:


bienvnu


ange3
Je vais cogiter à la suite avec Tom ange3 tu es au top Lune merci :P
« CE QU'ON TE REPROCHE, CULTIVE-LE, C'EST TOI » Jean Cocteau

Avatar de l’utilisateur
Souri7dugard
Fidèle
Messages : 464
Inscription : 22 juin 2017, 01:03
Ville de résidence : Gard
Prénom : Nath
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14730
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Souri7dugard » 12 juin 2018, 23:03

I était une fois dans un pays lointain un vieil homme qui vivait dans ...
Une grotte creusée dans le flanc d'une falaise, loin des vains bruits de la plaine. Parfois, des voyageurs venaient lui rendre visite ...
Et là quelque chose de magique se produisait : ils communiquaient ! Bien que très solitaire, il redecouvrait dans ces moments là la magie des liens sociétaux, une parole, un geste, un regard.
Un jour de plein été, des voyageurs très particuliers vinrent lui rendre visite ...
Ils étaient 3 voyageurs , ils représentaient le passé le présent et le futur mais le vieil homme ne le savait pas encore comme il ne savait plus ce qu’était le bonheur ni le sens de sa vie ...
Le passé l'observa, le regard plein d'interrogation, et lui demanda quel était son plat préféré...

"Pourquoi me demandes-tu cela ?"
Lui répondit le vieil homme.
"Tu es mon passé, tu connais donc tout de moi, mes joies, mes peines, mes peurs et mes douleurs. Mes amours aussi.
Mon plat préféré est celui que je ne connais pas encore."
Le passé le regarda en souriant et lui repondit : oui bien entendu que je sais tout cela, mais toi il serait bon que tu te souviennes de ce que tu aimais autrefois... tu as oublié ce qu’etait le bonheur, crois tu que ma venu est le fruit du hasard .... alors essai de te souvenir car oui tu as connu ce plat mais tu l’as effacé de ta mémoire reste à te souvenir pourquoi et de quoi.... veux tu voyager dans le temps ?

-Le Bonheur ?
Reprit le vieil homme.
-Pourquoi me parles-tu de quelque chose que tu ne peux m'offrir, prétextant que je l'ai oublié ?
Voyager dans le temps ? Un piége! Ce que tu m'offres là n'est que nostalgie et mélancolie.
Je n'ai rien oublié, je sais où trouver chacun de mes souvenir bien rangé dans ton habit.
Certains sont durs, difficiles, d'autres doux ou tendres mais tous ont une fin et m'aménent à cet instant.
Se tournant alors vers le plus petit et le plus chétif des 3.
-Ne me tentes pas, tu n'est pas venu seul. Le bonheur appartient au présent.

Hum .... pensa le passé... Alors écoute moi, on est ici pour toi tu peux te mettre des barrières depuis tout ce temps mais ce n’est pas toi qui nous apprendras ce qu’est le passé le présent et le futur .... Tu n’as peut être rien oublié mais le passé t’apprends justement à créer ton futur et tant que tu ne l’acceptera pas tu ne pourras ni vivre et aimer le présent ni savourer ton futur .... je resterai ici et le futur te tentera point, tu devras avant tout affronter ton passé puisque justement c’est de lui dont tu as peur .... tu vie en regardant sans cesse dans un rétroviseur c’est pour cela que justement tu ne pourras pas non plus affronter ton futur ... tu vie au présente dis tu ? Regarde ta vie de solitaire dans cette grotte .... tu en as oublié jusqu’a ton nom ... au fait peux tu me le dire ?
[Pendant ce temps présent et futur avaient sortis les jeux de société, les cigares, les bières, même les plaids étaient au rdv, "Je crois qu'on est ici pour un long moment !"] ...

-Ici pour moi? Comme si je ne la savais pas.
Un homme voyant son passé, son présent et son avenir à sa porte sait très bien à quoi s'en tenir. Vous 3 êtes ma vie, ma destiné. Vous êtes ici parce que justement j'ai arrêté de remplir tes poches avec d'inutiles projets.
Il t'est insupportable de voir que depuis que je me suis installé ici, dans cette grotte face à la mer, éloignée de tout, les seules choses que tu reçoives de mon présent sont les instantanées d'une contemplation sans fin détachée de tout.
Un rétroviseur ? Pour y voir quoi ? Un jeune homme débordant d'énergie, parcourant le monde et le mettre au pieds d'une belle ?
Cette énergie n'est plus et les belles sont parties. Tout cela repose au fond de tes poches au coté de mon nom !!
Donc, oui, j'ai tout arrêté. Je contemple le monde, la mer qui monte et descends, les tempêtes et les éclairs déchirant le ciel.
Je regardent ces oiseaux de mers aux ailes tellement grandes qu'ils ne peuvent se poser. Condamnés qu'ils sont à danser sur les vagues, sans fins. Ils sont ma vérité. Mon éternel présent.
Ce qui t’ennuis, c'est ton compagnon aux habits sans poches, occupé à fumer et boire des bières. Il sait qu'il est venu pour rien. Ce n'est pas aujourd'hui qu'il pourra sortir son atout maître. Ma dernière carte.

Sur ce, le vieil homme retourna s'assoir à l'entrée de sa grotte, les jambes dans le vide, regardant les nuages amonceler à l'horizon.

Le passé recula tristement et alla s’asseoir sur le plaid en se servant une bonne bière, il prit sa respiration profondément et dit : « Present c’est à ton tour, peut être arriveras tu à lui ouvrir une brèche qui puisse lui redonner « l’envie d’avoir envie » .... » Le présent se leva et s’avanca Vers le vieil homme ....

Présent : "Tu sens ce doux vent qui caresse ta peau ?"
Lui : "Oh non commence pas avec tes violons !"
Présent : "Ok .. Tu sens ces brindilles qui te piques la plante des pieds ?"
Lui : "Oh oui ces enflures !! Tous les soirs j'ai les pieds irrités à cause d'eux ! Ils ne peuvent pas laisser le sable fin en liberté !"
Présent, avec un grand sourire : "J'aime ta colère <3"
Lui : "Arrêtes tu vas me faire pleurer !"
Présent, les bras vers le ciel : "Tu es vivant !!!! (C'est ma phrase préfère :) ) Tu sais ce que ça veut dire ? Être en vie signifie officiellement être présent, et donc officiellement que tu as un futur ! A moins que tu ne meurs maintenant ce qui est statistiquement presque impossible :) Allé vient par là pour le gros câlin !.

Le vieil homme se tourne et regarde le passé et le futur, il s’avance vers eux et dis au Passé :
-conduis moi où tu veux. si tu as quelque chose à m'apprendre, je ne demande pas mieux que d'en faire mon profit. J’ai envie et besoin de me souvenir .... Après tout si vous êtes là tous les 3 c bien pour une raison ? Mon prénom est ...... est .... mais je l’ai oublié ! Peux tu m’aider ? .

« d’un coup le ciel s’obscurcit... dans le ciel les nuages dansaient ..... et .....

le vieil homme restait immobile, les paupières closes. Il avait 8 ans, c'était son anniversaire.
"Philibert" disait une voix lointaine, "Philibert" ...

Cette voix raviva immédiatement sa mémoire. C'était Claudia, sa cousine Claudia.
Disparue durant cette partie de cache-cache de son huitième anniversaire.
La propriété avait été fouillé de fond en comble, les jardins, les grottes des falaises de calcaires.
Rien, aucunes traces, Philibert était le dernier à l'avoir entendu.

Où pouvait bien être Claudia ?
Quelques jours plus tard, Philibert décida de partir à sa recherche, avec l'aide de son ami Tom.
Dans le jardin, Tom regardait son reflet dans les chromes d'une automobile. La déformation de son corps étiré l'amusait beaucoup.
En réalité, Tom était plutôt petit, avait une grosse tête et de grandes oreilles. Mais il se sentait néanmoins royal, car on disait de lui qu'il était le sosie du compagnon de la Reine d'Angleterre.
Perdu dans ses pensées, Tom sursauta lorsque Philibert s'écria "Viens vite, nous devons retrouver Claudia".

Dans le ciel, d'autres nuages s'étaient formés en rondes fantastiques. Le passé avait installé le vieil homme sur le plaid. Il semblait dormir. Pourtant les images perdues de son enfance valsaient devant ses yeux.

Philibert ne s'inquiétait pas vraiment pour Claudia. Il l'avait vu à son anniversaire, lorsqu'elle l'avait appelé, remplir un sac de gâteaux secs, de barres chocolatées et autres gourmandises. Et ce n'était pas la première fois que Claudia disparaissait de l'orphelinat.
Philibert s'échappa dans la nuit, une nuit de Pleine Lune, avec Tom. Arrivés aux pieds d'une grande falaise, Tom se précipita sous un buisson et disparu. Philibert rampant à son tour sous les feuillages se retrouva dans une immense galerie.
"Tom, retourne vite chez toi maintenant, je ne pourrai pas te nourrir et tu es la joie de tous les enfants. Claudia doit se cacher ici puisque tu as reniflé son odeur. Au fond de ce couloir là peut-être, ou de celui-ci ou de cet autre encore..."

Dans ce dédale, se retrouveront-ils ou vivront-ils côte à côte sans le savoir, soupira Tom sur le chemin du retour.

Le vieil homme remuait suait .... le Passé posa sa main sur le front du vieil homme et lui souffla « tu y est presque... continu Philli..... »

Tom arriva devant l’orphelina, devrait-il donner l’alerte ou attendre sagenment dans sa niche .... pensif il se dirigea vers celle ci...
Pendant ce temps Phillibert continuait à ramper dans la galerie, il lui semblait entendre du bruit de tout petits bruits :

- Claudia ? Claudia es tu là ?cria t’il .... mais seul son écho lui repondit »
Il s’en voulait d’avoir organiser cette partie de cache cache ! C’etait sa faute si Claudia avait disparu ! Il se mit à pleurer quand soudain ....
« CE QU'ON TE REPROCHE, CULTIVE-LE, C'EST TOI » Jean Cocteau

Avatar de l’utilisateur
Lune
Confirmé(e)
Messages : 170
Inscription : 14 avr. 2018, 20:07
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Lune » 15 juin 2018, 19:40

C'est plutôt : Merci à toi Souri7 :D

Qui veut jouer ? Plus on est de fous, plus on rit !!
Enfin, Barbara nous a bien fait rire déjà, avec ses couvertures ! Un plaid a servi ensuite pour l'histoire mdr
"Nous n'héritons pas de la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants"

Avatar de l’utilisateur
Souri7dugard
Fidèle
Messages : 464
Inscription : 22 juin 2017, 01:03
Ville de résidence : Gard
Prénom : Nath
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14730
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Souri7dugard » 15 juin 2018, 19:49

Lune a écrit :C'est plutôt : Merci à toi Souri7 :D

Qui veut jouer ? Plus on est de fous, plus on rit !!
Enfin, Barbara nous a bien fait rire déjà, avec ses couvertures ! Un plaid a servi ensuite pour l'histoire mdr



J’espère que d’autres se joindront à nous ange3
Je dois dire que la réplique de Barbara m’a fait bien rire mdr de l’inatendu mdr .

Bon où sont les autres j’aimerai connaître la suite de cette histoire écrite par le forum ange3 faut-il envoyer un MP à chacun lol ?
« CE QU'ON TE REPROCHE, CULTIVE-LE, C'EST TOI » Jean Cocteau

Avatar de l’utilisateur
Lune
Confirmé(e)
Messages : 170
Inscription : 14 avr. 2018, 20:07
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Lune » 15 juin 2018, 20:11

C'est vrai, on aimerait bien savoir : que se passe-t-il soudain ... :shock:
"Nous n'héritons pas de la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants"

En ligne
Barbara92
Passionné(e)
Messages : 1529
Inscription : 16 oct. 2017, 10:08
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Barbara92 » 15 juin 2018, 22:30

Ptdrrr

Avatar de l’utilisateur
Souri7dugard
Fidèle
Messages : 464
Inscription : 22 juin 2017, 01:03
Ville de résidence : Gard
Prénom : Nath
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14730
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Souri7dugard » 16 juin 2018, 00:00

Ah non Barbara c pas juste :wink:
« CE QU'ON TE REPROCHE, CULTIVE-LE, C'EST TOI » Jean Cocteau

Avatar de l’utilisateur
Lune
Confirmé(e)
Messages : 170
Inscription : 14 avr. 2018, 20:07
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Lune » 22 juin 2018, 20:08

I était une fois dans un pays lointain un vieil homme qui vivait dans ...
Une grotte creusée dans le flanc d'une falaise, loin des vains bruits de la plaine. Parfois, des voyageurs venaient lui rendre visite ...
Et là quelque chose de magique se produisait : ils communiquaient ! Bien que très solitaire, il redecouvrait dans ces moments là la magie des liens sociétaux, une parole, un geste, un regard.
Un jour de plein été, des voyageurs très particuliers vinrent lui rendre visite ...
Ils étaient 3 voyageurs , ils représentaient le passé le présent et le futur mais le vieil homme ne le savait pas encore comme il ne savait plus ce qu’était le bonheur ni le sens de sa vie ...
Le passé l'observa, le regard plein d'interrogation, et lui demanda quel était son plat préféré...

"Pourquoi me demandes-tu cela ?"
Lui répondit le vieil homme.
"Tu es mon passé, tu connais donc tout de moi, mes joies, mes peines, mes peurs et mes douleurs. Mes amours aussi.
Mon plat préféré est celui que je ne connais pas encore."
Le passé le regarda en souriant et lui repondit : oui bien entendu que je sais tout cela, mais toi il serait bon que tu te souviennes de ce que tu aimais autrefois... tu as oublié ce qu’etait le bonheur, crois tu que ma venu est le fruit du hasard .... alors essai de te souvenir car oui tu as connu ce plat mais tu l’as effacé de ta mémoire reste à te souvenir pourquoi et de quoi.... veux tu voyager dans le temps ?

-Le Bonheur ?
Reprit le vieil homme.
-Pourquoi me parles-tu de quelque chose que tu ne peux m'offrir, prétextant que je l'ai oublié ?
Voyager dans le temps ? Un piége! Ce que tu m'offres là n'est que nostalgie et mélancolie.
Je n'ai rien oublié, je sais où trouver chacun de mes souvenir bien rangé dans ton habit.
Certains sont durs, difficiles, d'autres doux ou tendres mais tous ont une fin et m'aménent à cet instant.
Se tournant alors vers le plus petit et le plus chétif des 3.
-Ne me tentes pas, tu n'est pas venu seul. Le bonheur appartient au présent.

Hum .... pensa le passé... Alors écoute moi, on est ici pour toi tu peux te mettre des barrières depuis tout ce temps mais ce n’est pas toi qui nous apprendras ce qu’est le passé le présent et le futur .... Tu n’as peut être rien oublié mais le passé t’apprends justement à créer ton futur et tant que tu ne l’acceptera pas tu ne pourras ni vivre et aimer le présent ni savourer ton futur .... je resterai ici et le futur te tentera point, tu devras avant tout affronter ton passé puisque justement c’est de lui dont tu as peur .... tu vie en regardant sans cesse dans un rétroviseur c’est pour cela que justement tu ne pourras pas non plus affronter ton futur ... tu vie au présente dis tu ? Regarde ta vie de solitaire dans cette grotte .... tu en as oublié jusqu’a ton nom ... au fait peux tu me le dire ?
[Pendant ce temps présent et futur avaient sortis les jeux de société, les cigares, les bières, même les plaids étaient au rdv, "Je crois qu'on est ici pour un long moment !"] ...

-Ici pour moi? Comme si je ne la savais pas.
Un homme voyant son passé, son présent et son avenir à sa porte sait très bien à quoi s'en tenir. Vous 3 êtes ma vie, ma destiné. Vous êtes ici parce que justement j'ai arrêté de remplir tes poches avec d'inutiles projets.
Il t'est insupportable de voir que depuis que je me suis installé ici, dans cette grotte face à la mer, éloignée de tout, les seules choses que tu reçoives de mon présent sont les instantanées d'une contemplation sans fin détachée de tout.
Un rétroviseur ? Pour y voir quoi ? Un jeune homme débordant d'énergie, parcourant le monde et le mettre au pieds d'une belle ?
Cette énergie n'est plus et les belles sont parties. Tout cela repose au fond de tes poches au coté de mon nom !!
Donc, oui, j'ai tout arrêté. Je contemple le monde, la mer qui monte et descends, les tempêtes et les éclairs déchirant le ciel.
Je regardent ces oiseaux de mers aux ailes tellement grandes qu'ils ne peuvent se poser. Condamnés qu'ils sont à danser sur les vagues, sans fins. Ils sont ma vérité. Mon éternel présent.
Ce qui t’ennuis, c'est ton compagnon aux habits sans poches, occupé à fumer et boire des bières. Il sait qu'il est venu pour rien. Ce n'est pas aujourd'hui qu'il pourra sortir son atout maître. Ma dernière carte.

Sur ce, le vieil homme retourna s'assoir à l'entrée de sa grotte, les jambes dans le vide, regardant les nuages amonceler à l'horizon.

Le passé recula tristement et alla s’asseoir sur le plaid en se servant une bonne bière, il prit sa respiration profondément et dit : « Present c’est à ton tour, peut être arriveras tu à lui ouvrir une brèche qui puisse lui redonner « l’envie d’avoir envie » .... » Le présent se leva et s’avanca Vers le vieil homme ....

Présent : "Tu sens ce doux vent qui caresse ta peau ?"
Lui : "Oh non commence pas avec tes violons !"
Présent : "Ok .. Tu sens ces brindilles qui te piques la plante des pieds ?"
Lui : "Oh oui ces enflures !! Tous les soirs j'ai les pieds irrités à cause d'eux ! Ils ne peuvent pas laisser le sable fin en liberté !"
Présent, avec un grand sourire : "J'aime ta colère <3"
Lui : "Arrêtes tu vas me faire pleurer !"
Présent, les bras vers le ciel : "Tu es vivant !!!! (C'est ma phrase préfère :) ) Tu sais ce que ça veut dire ? Être en vie signifie officiellement être présent, et donc officiellement que tu as un futur ! A moins que tu ne meurs maintenant ce qui est statistiquement presque impossible :) Allé vient par là pour le gros câlin !.

Le vieil homme se tourne et regarde le passé et le futur, il s’avance vers eux et dis au Passé :
-conduis moi où tu veux. si tu as quelque chose à m'apprendre, je ne demande pas mieux que d'en faire mon profit. J’ai envie et besoin de me souvenir .... Après tout si vous êtes là tous les 3 c bien pour une raison ? Mon prénom est ...... est .... mais je l’ai oublié ! Peux tu m’aider ? .

« d’un coup le ciel s’obscurcit... dans le ciel les nuages dansaient ..... et .....

le vieil homme restait immobile, les paupières closes. Il avait 8 ans, c'était son anniversaire.
"Philibert" disait une voix lointaine, "Philibert" ...

Cette voix raviva immédiatement sa mémoire. C'était Claudia, sa cousine Claudia.
Disparue durant cette partie de cache-cache de son huitième anniversaire.
La propriété avait été fouillé de fond en comble, les jardins, les grottes des falaises de calcaires.
Rien, aucunes traces, Philibert était le dernier à l'avoir entendu.

Où pouvait bien être Claudia ?
Quelques jours plus tard, Philibert décida de partir à sa recherche, avec l'aide de son ami Tom.
Dans le jardin, Tom regardait son reflet dans les chromes d'une automobile. La déformation de son corps étiré l'amusait beaucoup.
En réalité, Tom était plutôt petit, avait une grosse tête et de grandes oreilles. Mais il se sentait néanmoins royal, car on disait de lui qu'il était le sosie du compagnon de la Reine d'Angleterre.
Perdu dans ses pensées, Tom sursauta lorsque Philibert s'écria "Viens vite, nous devons retrouver Claudia".

Dans le ciel, d'autres nuages s'étaient formés en rondes fantastiques. Le passé avait installé le vieil homme sur le plaid. Il semblait dormir. Pourtant les images perdues de son enfance valsaient devant ses yeux.

Philibert ne s'inquiétait pas vraiment pour Claudia. Il l'avait vu à son anniversaire, lorsqu'elle l'avait appelé, remplir un sac de gâteaux secs, de barres chocolatées et autres gourmandises. Et ce n'était pas la première fois que Claudia disparaissait de l'orphelinat.
Philibert s'échappa dans la nuit, une nuit de Pleine Lune, avec Tom. Arrivés aux pieds d'une grande falaise, Tom se précipita sous un buisson et disparu. Philibert rampant à son tour sous les feuillages se retrouva dans une immense galerie.
"Tom, retourne vite chez toi maintenant, je ne pourrai pas te nourrir et tu es la joie de tous les enfants. Claudia doit se cacher ici puisque tu as reniflé son odeur. Au fond de ce couloir là peut-être, ou de celui-ci ou de cet autre encore..."

Dans ce dédale, se retrouveront-ils ou vivront-ils côte à côte sans le savoir, soupira Tom sur le chemin du retour.

Le vieil homme remuait suait .... le Passé posa sa main sur le front du vieil homme et lui souffla « tu y est presque... continu Philli..... »

Tom arriva devant l’orphelina, devrait-il donner l’alerte ou attendre sagenment dans sa niche .... pensif il se dirigea vers celle ci...
Pendant ce temps Phillibert continuait à ramper dans la galerie, il lui semblait entendre du bruit de tout petits bruits :

- Claudia ? Claudia es tu là ?cria t’il .... mais seul son écho lui repondit »
Il s’en voulait d’avoir organiser cette partie de cache cache ! C’etait sa faute si Claudia avait disparu ! Il se mit à pleurer quand soudain ....

... sa tête se retrouva dans le vide. En fait, après avoir rampé dans un des étroits couloirs de la galerie, Philibert se retrouvait dans une nouvelle grotte, mais un peu plus basse. Il dû faire beaucoup d'efforts pour sortir du passage sans tomber en avant, et pour atterrir en douceur près d'une roche.
Sa torche avait roulé à terre et éclairait un morceau de papier griffonné.
A l'orphelinat tous commençaient à s'inquiéter de la disparition de Philibert. Personne n'avait vu le jeune garçon au matin et il était bientôt l'heure du déjeuner. On avait découvert Tom dans sa niche, dans un état épouvantable ! Il faut dire que sur le chemin du retour, Tom avait pataugé dans des flaques de boue et s'était roulé sur quelques carcasses malodorantes.
A l'instant où Tom se retrouvait dans un bac d'eau moussante, Philibert dépliait soigneusement le papier griffonné ...
"Nous n'héritons pas de la Terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants"

Avatar de l’utilisateur
Souri7dugard
Fidèle
Messages : 464
Inscription : 22 juin 2017, 01:03
Ville de résidence : Gard
Prénom : Nath
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=14730
Contact :

Re: HELP Écrire une histoire à plusieurs JEUX

Messagepar Souri7dugard » 23 juin 2018, 00:35

Il était une fois dans un pays lointain un vieil homme qui vivait dans ...
Une grotte creusée dans le flanc d'une falaise, loin des vains bruits de la plaine. Parfois, des voyageurs venaient lui rendre visite ...
Et là quelque chose de magique se produisait : ils communiquaient ! Bien que très solitaire, il redecouvrait dans ces moments là la magie des liens sociétaux, une parole, un geste, un regard.
Un jour de plein été, des voyageurs très particuliers vinrent lui rendre visite ...
Ils étaient 3 voyageurs , ils représentaient le passé le présent et le futur mais le vieil homme ne le savait pas encore comme il ne savait plus ce qu’était le bonheur ni le sens de sa vie ...
Le passé l'observa, le regard plein d'interrogation, et lui demanda quel était son plat préféré...

"Pourquoi me demandes-tu cela ?"
Lui répondit le vieil homme.
"Tu es mon passé, tu connais donc tout de moi, mes joies, mes peines, mes peurs et mes douleurs. Mes amours aussi.
Mon plat préféré est celui que je ne connais pas encore."
Le passé le regarda en souriant et lui repondit : oui bien entendu que je sais tout cela, mais toi il serait bon que tu te souviennes de ce que tu aimais autrefois... tu as oublié ce qu’etait le bonheur, crois tu que ma venu est le fruit du hasard .... alors essai de te souvenir car oui tu as connu ce plat mais tu l’as effacé de ta mémoire reste à te souvenir pourquoi et de quoi.... veux tu voyager dans le temps ?

-Le Bonheur ?
Reprit le vieil homme.
-Pourquoi me parles-tu de quelque chose que tu ne peux m'offrir, prétextant que je l'ai oublié ?
Voyager dans le temps ? Un piége! Ce que tu m'offres là n'est que nostalgie et mélancolie.
Je n'ai rien oublié, je sais où trouver chacun de mes souvenir bien rangé dans ton habit.
Certains sont durs, difficiles, d'autres doux ou tendres mais tous ont une fin et m'aménent à cet instant.
Se tournant alors vers le plus petit et le plus chétif des 3.
-Ne me tentes pas, tu n'est pas venu seul. Le bonheur appartient au présent.

Hum .... pensa le passé... Alors écoute moi, on est ici pour toi tu peux te mettre des barrières depuis tout ce temps mais ce n’est pas toi qui nous apprendras ce qu’est le passé le présent et le futur .... Tu n’as peut être rien oublié mais le passé t’apprends justement à créer ton futur et tant que tu ne l’acceptera pas tu ne pourras ni vivre et aimer le présent ni savourer ton futur .... je resterai ici et le futur te tentera point, tu devras avant tout affronter ton passé puisque justement c’est de lui dont tu as peur .... tu vie en regardant sans cesse dans un rétroviseur c’est pour cela que justement tu ne pourras pas non plus affronter ton futur ... tu vie au présente dis tu ? Regarde ta vie de solitaire dans cette grotte .... tu en as oublié jusqu’a ton nom ... au fait peux tu me le dire ?
[Pendant ce temps présent et futur avaient sortis les jeux de société, les cigares, les bières, même les plaids étaient au rdv, "Je crois qu'on est ici pour un long moment !"] ...

-Ici pour moi? Comme si je ne la savais pas.
Un homme voyant son passé, son présent et son avenir à sa porte sait très bien à quoi s'en tenir. Vous 3 êtes ma vie, ma destiné. Vous êtes ici parce que justement j'ai arrêté de remplir tes poches avec d'inutiles projets.
Il t'est insupportable de voir que depuis que je me suis installé ici, dans cette grotte face à la mer, éloignée de tout, les seules choses que tu reçoives de mon présent sont les instantanées d'une contemplation sans fin détachée de tout.
Un rétroviseur ? Pour y voir quoi ? Un jeune homme débordant d'énergie, parcourant le monde et le mettre au pieds d'une belle ?
Cette énergie n'est plus et les belles sont parties. Tout cela repose au fond de tes poches au coté de mon nom !!
Donc, oui, j'ai tout arrêté. Je contemple le monde, la mer qui monte et descends, les tempêtes et les éclairs déchirant le ciel.
Je regardent ces oiseaux de mers aux ailes tellement grandes qu'ils ne peuvent se poser. Condamnés qu'ils sont à danser sur les vagues, sans fins. Ils sont ma vérité. Mon éternel présent.
Ce qui t’ennuis, c'est ton compagnon aux habits sans poches, occupé à fumer et boire des bières. Il sait qu'il est venu pour rien. Ce n'est pas aujourd'hui qu'il pourra sortir son atout maître. Ma dernière carte.

Sur ce, le vieil homme retourna s'assoir à l'entrée de sa grotte, les jambes dans le vide, regardant les nuages amonceler à l'horizon.

Le passé recula tristement et alla s’asseoir sur le plaid en se servant une bonne bière, il prit sa respiration profondément et dit : « Present c’est à ton tour, peut être arriveras tu à lui ouvrir une brèche qui puisse lui redonner « l’envie d’avoir envie » .... » Le présent se leva et s’avanca Vers le vieil homme ....

Présent : "Tu sens ce doux vent qui caresse ta peau ?"
Lui : "Oh non commence pas avec tes violons !"
Présent : "Ok .. Tu sens ces brindilles qui te piques la plante des pieds ?"
Lui : "Oh oui ces enflures !! Tous les soirs j'ai les pieds irrités à cause d'eux ! Ils ne peuvent pas laisser le sable fin en liberté !"
Présent, avec un grand sourire : "J'aime ta colère <3"
Lui : "Arrêtes tu vas me faire pleurer !"
Présent, les bras vers le ciel : "Tu es vivant !!!! (C'est ma phrase préfère :) ) Tu sais ce que ça veut dire ? Être en vie signifie officiellement être présent, et donc officiellement que tu as un futur ! A moins que tu ne meurs maintenant ce qui est statistiquement presque impossible :) Allé vient par là pour le gros câlin !.

Le vieil homme se tourne et regarde le passé et le futur, il s’avance vers eux et dis au Passé :
-conduis moi où tu veux. si tu as quelque chose à m'apprendre, je ne demande pas mieux que d'en faire mon profit. J’ai envie et besoin de me souvenir .... Après tout si vous êtes là tous les 3 c bien pour une raison ? Mon prénom est ...... est .... mais je l’ai oublié ! Peux tu m’aider ? .

« d’un coup le ciel s’obscurcit... dans le ciel les nuages dansaient ..... et .....

le vieil homme restait immobile, les paupières closes. Il avait 8 ans, c'était son anniversaire.
"Philibert" disait une voix lointaine, "Philibert" ...

Cette voix raviva immédiatement sa mémoire. C'était Claudia, sa cousine Claudia.
Disparue durant cette partie de cache-cache de son huitième anniversaire.
La propriété avait été fouillé de fond en comble, les jardins, les grottes des falaises de calcaires.
Rien, aucunes traces, Philibert était le dernier à l'avoir entendu.

Où pouvait bien être Claudia ?
Quelques jours plus tard, Philibert décida de partir à sa recherche, avec l'aide de son ami Tom.
Dans le jardin, Tom regardait son reflet dans les chromes d'une automobile. La déformation de son corps étiré l'amusait beaucoup.
En réalité, Tom était plutôt petit, avait une grosse tête et de grandes oreilles. Mais il se sentait néanmoins royal, car on disait de lui qu'il était le sosie du compagnon de la Reine d'Angleterre.
Perdu dans ses pensées, Tom sursauta lorsque Philibert s'écria "Viens vite, nous devons retrouver Claudia".

Dans le ciel, d'autres nuages s'étaient formés en rondes fantastiques. Le passé avait installé le vieil homme sur le plaid. Il semblait dormir. Pourtant les images perdues de son enfance valsaient devant ses yeux.

Philibert ne s'inquiétait pas vraiment pour Claudia. Il l'avait vu à son anniversaire, lorsqu'elle l'avait appelé, remplir un sac de gâteaux secs, de barres chocolatées et autres gourmandises. Et ce n'était pas la première fois que Claudia disparaissait de l'orphelinat.
Philibert s'échappa dans la nuit, une nuit de Pleine Lune, avec Tom. Arrivés aux pieds d'une grande falaise, Tom se précipita sous un buisson et disparu. Philibert rampant à son tour sous les feuillages se retrouva dans une immense galerie.
"Tom, retourne vite chez toi maintenant, je ne pourrai pas te nourrir et tu es la joie de tous les enfants. Claudia doit se cacher ici puisque tu as reniflé son odeur. Au fond de ce couloir là peut-être, ou de celui-ci ou de cet autre encore..."

Dans ce dédale, se retrouveront-ils ou vivront-ils côte à côte sans le savoir, soupira Tom sur le chemin du retour.

Le vieil homme remuait suait .... le Passé posa sa main sur le front du vieil homme et lui souffla « tu y est presque... continu Philli..... »

Tom arriva devant l’orphelina, devrait-il donner l’alerte ou attendre sagenment dans sa niche .... pensif il se dirigea vers celle ci...
Pendant ce temps Phillibert continuait à ramper dans la galerie, il lui semblait entendre du bruit de tout petits bruits :

- Claudia ? Claudia es tu là ?cria t’il .... mais seul son écho lui repondit »
Il s’en voulait d’avoir organiser cette partie de cache cache ! C’etait sa faute si Claudia avait disparu ! Il se mit à pleurer quand soudain ....

... sa tête se retrouva dans le vide. En fait, après avoir rampé dans un des étroits couloirs de la galerie, Philibert se retrouvait dans une nouvelle grotte, mais un peu plus basse. Il dû faire beaucoup d'efforts pour sortir du passage sans tomber en avant, et pour atterrir en douceur près d'une roche.
Sa torche avait roulé à terre et éclairait un morceau de papier griffonné.
A l'orphelinat tous commençaient à s'inquiéter de la disparition de Philibert. Personne n'avait vu le jeune garçon au matin et il était bientôt l'heure du déjeuner. On avait découvert Tom dans sa niche, dans un état épouvantable ! Il faut dire que sur le chemin du retour, Tom avait pataugé dans des flaques de boue et s'était roulé sur quelques carcasses malodorantes.
A l'instant où Tom se retrouvait dans un bac d'eau moussante, Philibert dépliait soigneusement le papier griffonné ... Il avança sa torche pour mieux pouvoir lire , le papier avait les couleurs de l’automne étrange .... il y reconnu l’écriture de sa cousine c’etait une énigme
« On met mon premier devant "belote !", pour exprimer une seconde fois
On creuse pour faire mon deuxième
Mon troisième est le son de la lettre "V"
Mon quatrième fait environ 30 jours
Mon cinquième gratte la tête
Mon sixième est le son de la lettre "R"
Mon septième tire-bouchonne le derrière du cochon
Si mon huitième est de mains alors il est de vilains
On puise de l'eau au fond de mon neuvième
Mon dixième est le bruit du serpent
Mon onzième est un préfixe signifiant : "faire à nouveau"
On adresse mon douzième à la nouvelle année
Les oiseaux pondent leurs oeufs dans mon treizième
Mon quatorzième est un préfixe signifiant : "faire à nouveau"

Et j'ignore totalement ce que peut être mon tout. Claudia »

Phillibert se mit à réfléchir des heures ... « pourquoi me faire cela Claudia ! » cria t’il en hoquetant ...
des heures après l’aube enfin se levait et on entendit « HOURRA J’AI TROUVÉ » l’enigme était «Retrouve moi pour que je puisse revenir » hummmm il tourna la feuille dans tous les sens et y vit écris en tout petits caractère « jeu du cache cache » .... Mais c’est quoi ce délire ! Que c’était il passait lors de ce jeu de cache cache !!! Il se souvint qu’il avait proposé à ses amis de jouer et au même moment un éclair avait éclaté dans le ciel malgré le soleil et cela les avaient tous bien fait rire .... Puis pendant le jeu Claudia avait insisté pour aller dans la forêt et pour ne pas montrer qu’il avait peur il avait abdiqué, il trouvait que sa cousine avait un drôle de regard comme si .. elle était possédée ... d’un coup Phillibert avait des frissons ... Phillibert avait des cheveux noirs et des yeux vert . Mais pas vert clair comme le serait le un beau pré fleuri au printemps mais plutôt vert foncé comme le serait une mer en colère. Ça faisait 2 jours bientôt qu’il était dans les mêmes vêtements et il commençait à ne plus supporter cela. Il aurait voulu que sa nature curieuse se sépare de lui le jour où sa cousine s’était perdue... Il sortit de la grotte non sans mal ... comment délivrer sa cousine Claudia ? .... Il prit la direction de l’orphelinat triste ... Tout à coup il crut voir quelqu’un Il y avait une forme humaine à une dizaine de mètres de lui. Il se mit à courir vers celle-ci.
« S’il vous plaît s’il vous plaît cria t’il » Il arriva ainsi près d’une jeune femme. Elle était en train de courir et regardait à plusieurs reprises derrière elle. Il lui dit, essoufflé : - " Attendez ! " Mais elle ne s’arrêtait pas. Il cessa sa poursuite, se plia en deux et s’agenouilla pour reprendre son souffle. Il reprit sa poursuite et mit la main sur l’épaule de la jeune femme . Elle se retourna,
- Attendez... ", répéta-t-il.
Elle était habillée étrangement, ses vêtements étaient de La couleur des arbres , ses cheveux couleurs de feuilles automnales ses yeux d’un bleu perçant ...
« Excusez moi ma... madame, sauriez vous où se trouve la sorcière de la forêt ou auriez vous aperçu une fille , ma cousine Claudia disparu ? » tout en lui parlant il lui montra le papier griffonné...
« Mais que fais-tu là ? Tu ne peux pas rester ici ! dit l’etrange dame avec un tremblement de peur dans la voix. Tu ne devrais pas t’aventurer dans la forêt ! ".
« Je veux juste retrouver ma cousine s’il vous plait ! » pleura t’il ...
« Je ne peux rien te dire ! Tiens, prends ça ! ". Prends-le ! Je dois te laisser, lis-le ! Je ne peux rien te dire de plus ! ". Puis elle repartit en courant, tout en lui en criant :
-" Je ne peux rien te dire de plus ! »

Phillibert la regarda s’enfuir, elle lui avait remit un livre tout vert, le titre était indéchiffrable .... il l’ouvrit et se mit à essayer de le lire quand il s’endormit....il fut réveillé par le son d’une voix, un chant. La voix était douce et agréable, mais il ne comprenait pas cette langue. il ouvrit les yeux et ....
« CE QU'ON TE REPROCHE, CULTIVE-LE, C'EST TOI » Jean Cocteau


Revenir vers « Ici plus de maladie !!! »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités