Inégalité hommes/femmes devant le diagnostic...

Un professionnel de santé vous à diagnostiqué une SEP ?
Vous êtes en cours de diagnostic ou vous vous posez des questions sur certains troubles dont vous faites l'objet ?

UNE SEULE RÉPONSE: LE PROFESSIONNEL DE SANTÉ !

Le diagnostic SEP est l'un des plus difficiles et des plus longs à poser donc venez nous en parler dans ce forum, vous n'êtes pas seul dans ce cas !
Avatar de l’utilisateur
Bashogun
Célébrité
Messages : 5842
Inscription : 14 juin 2016, 18:47
Ma présentation : viewtopic.php?f=23&t=13044
Contact :

Inégalité hommes/femmes devant le diagnostic...

Message non lu par Bashogun » 07 mai 2018, 20:49

Les maux des femmes seraient sous-estimés par les médecins
PourquoiDocteur - Charlotte Arce - 7 mai 2018

Théorisée par des hommes et majoritairement pratiquée par eux, la médecine moderne négligerait la santé des femmes et considérerait leurs maux comme anecdotiques ou psychosomatiques, regrette une journaliste du New York Times.

La médecine moderne serait-elle sexiste ? Si l’on en croit la journaliste santé Camille Noe Pagán, la question mérite d’être posée. Dans un article du New York Times repéré par Slate, elle pointe les dysfonctionnements de la médecine telle qu’elle existe encore en 2018. Pensée et pratiquée par les hommes, elle minimiserait la souffrance des femmes, qui voient leurs maux ou leur mal-être être considérés comme anecdotiques ou psychosomatiques. Pourtant, la souffrance féminine, qu’elle soit physiologique ou psychologique, mérite d’être prise en considération et traitée comme celle de n’importe quel patient masculin.

"Vous semblez être en parfaite santé"
La négligence de la souffrance féminine par le corps médical, Camille Noe Pagán la connaît bien pour y avoir été elle-même confrontée. Dans son article, elle raconte ainsi que son médecin généraliste, qu’elle consultait pour un mal-être persistant, lui avait déclaré après l’avoir auscultée qu’elle « semblait en pleine santé » et qu’elle n’avait donc pas besoin d’un traitement médicamenteux. Incrédule, elle prend note de ses conseils : dormir plus, faire du yoga, méditer. « Si vous avez encore des problèmes dans quelques mois, revenez me voir. D’accord ? », lui lance son médecin alors qu’elle quitte son cabinet.

Pourtant, à ce moment, la journaliste est au bord de la dépression. « Je savais pertinemment qu’être incapable de mener une vie normale était un signe alarmant et qu’il fallait que je me fasse aider. J’appelais à l’aide. Mais le docteur n’avait pas l’impression que j’en aie besoin », écrit Camille Noe Pagán, qui a finalement réussi à vaincre son mal-être et son anxiété grâce à une thérapie cognitivo-comportementale.

"C’est dans votre tête"
Son cas est loin d’être isolé. Si aucune politique de santé publique ne s’est jusqu’ici uniquement intéressée aux disparités en matière de santé qui existent entre les hommes et les femmes, les chiffres montrant que la souffrance féminine est loin d’être considérée à sa juste valeur parlent d’eux-mêmes.

Ainsi, une étude citée par la journaliste montre que les médecins et les infirmières ont tendance à prescrire moins d’antidouleurs aux femmes qu’aux hommes après une chirurgie, et ce, même si les femmes se plaignent davantage de douleurs sévères. Une autre étude menée par l’Université de Pennsylvanie a révélé que les femmes attendaient en moyenne 16 minutes de plus que les hommes pour recevoir des analgésiques lorsqu’elles se rendaient aux urgences. Les femmes ont aussi tendance à se faire dire que leur douleur est "psychosomatique" ou influencée par une détresse émotionnelle. Enfin, dans un sondage mené auprès de 2 400 femmes souffrant de douleur chronique, 83% ont déclaré avoir ressenti une discrimination sur leur sexe de la part des professionnels de santé.

Des conséquences parfois graves sur la santé des femmes
Cette différence de traitement entre la douleur féminine et celle des hommes n’est pas sans conséquences sur la pertinence et la rapidité des diagnostics. (...)

Oser parler, s’imposer et avoir confiance en son intuition
Pour que leur douleur et leurs maux soient enfin mieux pris en considération et diagnostiqués, le Dr Tia Powell, bioéthicienne et professeure d'épidémiologie clinique et de santé de la population au Collège Albert Einstein de médecine à New York donne trois conseils aux femmes.
(...)

Article complet
Compte Twitter du forum @forum_sep
https://twitter.com/FORUM_SEP
Suivez et utilisez le hashtag :
#SepbySep, la SEP par ceux qui la vivent
Compte Facebook du forum
https://www.facebook.com/forumsep/

Répondre

Revenir à « Le diagnostic »